Des concours de programmation pour faire « matcher » l’offre et la demande d’emploi informatique

Restez en contact, suivez CodinGame for Work

Le chômage augmente dans l’informatique et pourtant, les ¾ des employeurs de l’IT ont encore du mal à recruter. CodinGame renverse la tendance en organisant la mise en relation de 14 entreprises avec 400 développeurs passionnés à travers un concours. 


Le dernier baromètre APEC le confirme : le marché de l’emploi IT, qui avait jusqu’ici plutôt bien résisté aux assauts de la crise, se dégrade. Les premiers touchés par la baisse des recrutements sont les jeunes diplômés qui pâtissent de leur manque d’expérience face à des recruteurs frileux à l’idée de devoir les former. Pourtant, au 3e trimestre 2012, 84% des entreprises IT ont recruté au moins un cadre. La demande, bien que ralentie par rapport à l’année dernière, est donc toujours là. Mais avec moins de 20 candidatures pour une offre d’emploi, l’IT fait partie des secteurs qui reçoivent le moins de CV. Le secteur reste donc fortement en tension avec des recrutements jugés « très difficiles » par 74% des recruteurs qui ont du mal à pourvoir leurs postes. Pour les recruteurs de l’IT, le sourcing est aujourd’hui le nerf de la guerre. 

50 candidatures reçues en moyenne par employeur 


Dans ce contexte, comment faciliter la mise en relation entre les employeurs et les développeurs en informatique ? La jeune startup montpelliéraine Cartser apporte une réponse originale : des concours de programmation baptisés « CodinGames ». Le concept : proposer aux programmeurs des challenges de programmation en ligne à travers lesquels ils ont la possibilité de se faire remarquer par les entreprises qui recrutent. C’est une première en France pour rapprocher l’offre et la demande d’emploi. Le CodinGame#2 du 25 octobre dernier a ainsi attiré la participation de plus de 400 développeurs au niveau national. Ces derniers ont eu accès à 42 offres de postes présentées par 14 entreprises (parmi lesquelles Oodrive, Eptica, Amesys-Bull, GFI…). 

A l’issue des trois heures de concours, chaque entreprise a reçu en moyenne une cinquantaine de candidatures, soit deux fois plus que la moyenne nationale, et ce, en un seul évènement. 

L’intérêt du concours est donc double : d’un côté, les entreprises participantes ont l’opportunité de se rendre visibles auprès d’une communauté de programmeurs passionnés et de recevoir des candidatures intéressantes ; de l’autre, les candidats peuvent se challenger pour montrer ce dont ils sont capables tout en postulant auprès des sociétés qui leur plaisent. 


Un concours anonyme qui donne sa chance à tous 


CodinGame met aussi l’accent sur l’égalité des chances : les concours sont anonymes et ouverts à tous les informaticiens, quel que soit leur niveau d’expérience ou leur parcours scolaire. Cartser entend lever les freins traditionnels rencontrés lors des recrutements sur CV où la pertinence d’une candidature est mesurée en référence à une liste de critères de sélection prédéfinis. Dans le cadre des concours, les participants sont évalués sur leur capacité globale à structurer leur raisonnement pour imaginer des solutions optimisées et performantes aux problèmes posés. « Ça permet de passer l’étape du CV, généralement bloquante quand on a un parcours plutôt tortueux » note Sed, 37 ans, demandeur d’emploi, 4e au concours. Les jeunes diplômés ont quant à eux une vraie carte à jouer aux côtés des développeurs plus expérimentés en mettant en avant leurs potentiels, sans préjugés. Ainsi c’est Loïck Michard, 18 ans, étudiant en 3e année à Epitech, qui décroche la 1ère place.

Loïck Michard (à gauche) récompensé par Frédéric Desmoulins (Cartser)



Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire